Recommander

Texte libre

Je voudrais retrouver le goût d'écrire, partager des humeurs, faire des découvertes.

Quoi de mieux qu'un blog pour répondre à ces attentes.

 Alors, c'est parti pour la grande aventure. Plongeons dans l'inconnu pour ne produire que du bon du bien et le meilleur de soi.

Jeudi 13 septembre 4 13 /09 /Sep 01:03
Aride est mon cœur
Taries sont mes larmes
Paris sans ses armes
Vainqueur sans rancœur
D’amours lointains ravageurs
Saveur de lèvres perdues
Des yeux sans trouver l’élue
Voilés de délicieux souvenirs
D’amour juré au dernier soupir
Promesse  d’amour de jeunesse
Quand la raison nous délaisse
Devenu ange perdu sans ses ailes
Seul pour toujours et vivre sans elles
Par sukyo - Publié dans : Travail d'écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 1 juin 5 01 /06 /Juin 14:39
Roussette nous a quittés,
Laissant orpheline, Noiraude, sa congénère.
Depuis quelques semaines déjà, elle n’allait pas très fort.

Sa crête recourbée, on l’entendait dans le jardin,

Lancer  des cris stridents, comme témoignage de sa douleur.

Elle ne s’alimentait plus, ne sortant que très rarement du poulailler.

Comme ultime adieu, après cinq années à nos côtés,

elle s’en est allée, finir sa course aujourd’hui sur le perron de la maison.

Les enfants sont tristes. Il faut trouver les mots, sans les heurter

Pour  leur expliquer que la vie a une fin, que les êtres que nous aimons

Vont nous quitter retrouver un ailleurs, pendant que ceux qui restent,

Cherchent à combler l’absence sans jamais pouvoir les oublier .

 

 

 

Par sukyo - Publié dans : Carnet de bord
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 25 mars 7 25 /03 /Mars 23:41
Même pas peur si demain je bafouille
Si mon teint devient rouge cramouille
Que mon verre se renverse
qu'il pleut averse
pour une heure avec toi.

Même pas peur de me trouver laid
De révéler ce qu'il ne te plaît
d'entendre et de voir
au risque de te décevoir
pour une heure avec toi.

Même pas peur d'être l'homme sans honneur
accusé d'être un pauvre menteur,
pour assouvir la soif de découvrir
l'enfant de l'amour qui me fait frémir.

Pour une heure avec toi,
Je fais le pari que cet instant supplié
soit ni le premier ni le dernier,
qu'il sera pour nous deux
l'origine d'une histoire qui peut nous rendre heureux.

Par sukyo - Publié dans : Travail d'écriture
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 23 février 5 23 /02 /Fév 07:47

 

Vous, Messieurs, Mesdames les gouvernants

Qui savaient lever une armée pour aller tonitruants

chercher un terroriste dans les monts afghans

ou le dictateur d’un désert gorgé de carburant.

 

Pourquoi cinq années sans réagir, à la captivité

D’Ingrid, vous qui pourtant avez juré de servir la liberté

Dont vos ascendants sont partis défendre les opprimés

Il n’y a pas si longtemps au prix de leur sang coulé.

 

Et vous le Dieu, que l’on dit si puissant, pourquoi ce silence ?

Soufflez un peu d’humanité à ses ravisseurs pour sa délivrance

Inspirez leurs âmes qu’ils s’honorent d’un courage immense

Si demain, ils la libèrent sans condition de l’injuste sentence.

 

Nous attendons ce jour où nous la retrouverons sur le sentier

Qu’elle a quitté un 23 février sous la menace d’une main armée

Partie vers une ville assiégée, défendre les familles de ses geôliers

Victorieuse d’avoir enduré la privation de sa LIBERTE.

Par sukyo - Publié dans : Humeurs
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 21 janvier 7 21 /01 /Jan 12:28

Hier, j'ai retrouvé quelques photographies, prises il y a plus de douze ans, lesquelles m'ont inspiré ce petit texte...

Il y a bien longtemps, un dimanche de mai,

nous sommes partis quatre amis sur des vélos usés

découvrir les chemins de halage d’une contrée

que les anciens appellent les folies siffait.

 

 

 

L’endroit cache des ruines, où des jardins suspendus,

Culminent la Loire et des îlots de terre perdus,

Soumis aux caprices du fleuve et des hivers en cru,

Source de fables et de légendes que tous ici ont lues.

 

 

 

Nous avons roulés la journée sur des chemins de traverse,

Parsemés d’ornières creusées par les dernières averses,

Que nous évitions gaiement pour ne pas tomber à la renverse

Et rendre ce périple, telle Salamine une terrible défaite perse.

 

 

 

A la pénombre, notre chemin s’est arrêté dans un lieu,

Pour goûter l’instant magique quand dans les cieux,

L’astre disparaît et illumine au loin les cimes en feux,

Embrase nos cœurs des jours heureux.

Par sukyo - Publié dans : Création
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Recherche

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus